L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

J’ai vu un reportage sur les Journées du Patrimoine.



Au Japon, plus de 200 000 logements de fonctionnaires restent inhabités. Le ministère des Finances a récemment décidé de supprimer 56000 logements «25% des logements inhabités », et de les vendre pour trouver 170 milliards de yens avant 2016.
Il va doubler le loyer des logements de fonctionnaires avant 2018. En général, les logements de fonctionnaires sont bien situés, bien construits, et le loyer n’est pas cher.
Malgré cela, de nombreux logements sont vacants. Ce n’est rien d’autre qu’une dépense inutile des impôts. Chez nous, la prise des mesures en faveur des fonctionnaires est souvent remise en question. Ça m’a incitée à savoir comment était la résidence officielle du Premier ministre à Nagata-cho.
Selon internet, la résidence du Premier ministre se compose de deux bâtiments :  le lieu de travail appelé le «Kantei» et la résidence privée appelée le «Koutei». Deux bâtiments communiquent par deux passages. Le «Kantei» a 5 étages en surface et 1 sous-sol, et ce bâtiment est muni d’un héliport sur le toit, et d’un centre de gestion de situation de crise au sous-sol. Il a été achevé le 22 avril 2002, après 3 ans de travaux qui ont coûté environ 70 milliards de yens. Après la formation de leur gouvernement, les nouveaux ministres se font photographier sur l’escalier dans ce bâtiment, par tradition.
La résidence privée, le «Koutei» a été utilisée comme lieu de travail du Premier ministre de 1929 à 2002. On l’a reconstruite en avril 2005 pour environ 8 milliards de yens. Elle a une valeur non seulement artistique mais historique. Elle a été la scène de grands événements dans l’histoire japonaise.
« L’événement 5.15 » : le 15 mai 1932, Inukai Takeshi, alors Premier ministre a été assassiné par des officiers de marine radicaux voulant établir un gouvernement militaire.
« L’événement 2.26 » : le 26 février 1936, Okada Keisuke, alors Premier ministre a été attaqué par des officiers de l’armée de terre radicaux ; ceux-ci ont pris le secrétaire pour le Premier ministre , et ils l’ont tué. Au vestibule, deux marques de balles restent telles quelles. A ma grande surprise, il paraît que des revenants hantent le «Koutei», et que certains Premiers ministres en ont éprouvé de la peur.
Le 15 août 1945, des militaires et des étudiants qui étaient contre la fin de la guerre ont attaqué Suzuki Kantaro , alors Premier ministre ; celui-ci s’est enfui et l’a échappé belle.
Le 20 mai 1960, les manifestants s’opposant à la ratification du Traité de sécurité nippo-américain ont déferlé dans la résidence pour protester contre Shinsuke Kishi , alors Premier ministre.
Maintenant , le vendredi, devant le «Kantei», il y a des manifestations contre la production d’énergie atomique.
Je ne connaissais pas les événements historiques qui s’étaient produits autrefois dans l’ancien «Kantei». S’il y avait des Journées du Patrimoine chez nous, elles nous permettraient de mieux connaître la culture, la tradition et l’histoire du Japon. Les Journées du Patrimoine doivent servir d’enseignement pratique.

Texte : Waka Shinozuka - Photo : Wikipedia -

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire