L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Métiers d'autrefois : le "botefuri"




Aujourd’hui, nous pouvons acheter des choses nécessaires à la vie quotidienne au supermarché, dans une supérette et sur Internet, n’importe où et quand. D’un côté nous les acquérons facilement, de l’autre, l’achat sans communication est un peu insipide et l’acquisition d’un objet sans le voir peut même nous inquiéter.
Cependant, à l’ère d’Edo, il existait un métier appelé « botefuri », grâce auquel on pouvait agréablement choisir ce que l’on voulait. Qu’est-ce qu’un botefuri ? C’était une personne qui colportait des choses en suspendant un panier à chaque bout d’un bâton. Les colporteurs les transportaient partout dans la ville d’Edo, non seulement dans les rues, mais aussi jusqu’aux portes des gens avec des appels ou le son d’une clochette.
Pour exercer ce métier, il fallait le permis du gouvernement de Tokugawa. S’ils avaient violé des règles, ils étaient sévèrement punis. A cette époque-là, ce que les colporteurs vendaient était par exemple les aliments suivants : du tofu, des légumes, des poissons frais, des fruits, du miso, des œufs ; des marchandises de saison : au printemps, de la bonite. En été, des poissons rouges (pour les regarder), des éventails ronds en papier ; en automne, du matsutake (une sorte de champignons). En hiver, des patates grillées, de la bouillie de haricots rouges sucrés, etc. Et en outre, même des fleurs, à chaque saison. Et bien d’autres choses encore ! Le choix était varié. Chaque marchand avait une sorte unique de choses.
Malheureusement, ce métier est tombé en désuétude. Nous ne pouvons que le connaître à travers des films ou des romans historiques. Les habitants d’Edo n’achetaient que des choses dont ils avaient besoin ce jour-là. Ils bavardaient avec le botefuri en vérifiant la fraîcheur ou leur qualité et pour sentir le changement de saisons. Bien que les gens aient vécu modestement et qu’ils avaient mené une vie moins facile que maintenant, quelle élégance, quelle animation ! 
 


Texte : Asako Miyashita - Photo : Wiki - 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire