L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Un avenir sans énergie nucléaire ?


Tomari Nuclear Power Plant 01

Le 5 mai, c’était le jour férié des enfants et c’était aussi le jour où la centrale nucléaire à TOMARI s’est arrêtée pour une inspection périodique. Alors maintenant, toutes les centrales nucléaires se sont arrêtées au Japon. C’est la première fois depuis avril 1970. Il vrai que c’est une bonne nouvelle pour les personnes contre les centrales nucléaires, mais ce n’est pas la fin. Il faut réfléchir à l’avenir sans énergie nucléaire.


Arrêter ou redémarrer ?

Au Japon, il y a 50 centrales nucléaires et elles font 30% de l'énergie totale. Après l’accident à FUKUSHIMA, le gouvernement japonais a l’intention d’abandonner l’énergie nucléaire, mais ce projet n’est pas clair. Il dit aussi que, à cause des frais, les centrales nucléaires vont redémarrer pour le moment. En plus, les compagnies d’électricité affirment que le manque d’électricité influence négativement l’économie. Par contre, l’opinion publique sur l’arrêt des centrales nucléaires grandit très rapidement. Chaque week-end, on peut voir des manifestations contre le nucléaire quelque part. Selon une enquête, 80% des Japonais refusent l’énergie nucléaire. Grâce à ce mouvement, le gouvernement japonais ne peut pas encore décider quand les centrales nucléaires redémarreront. Cependant, on ne discute pas suffisamment de la société après l’arrêt définitif des centrales nucléaires. On n’a pas les informations nécessaires pour en discuter.

Pour un avenir sans énergie nucléaire

Tout d’abord, on ne doit pas dépendre des spécialistes du problème de l’énergie nucléaire. Chaque personne doit réfléchir à ce grand sujet et prendre une décision. A mon avis, quand on pense à l’avenir sans énergie nucléaire, on a besoin de considérer trois points : l’analyse, l’imagination et la solution. D’abord, on doit chercher autant d'informations et d'opinions (pour et contre) que possible pour analyser les risques, les avantages et la sécurité de l’énergie nucléaire. Ensuite, il faut imaginer toutes les possibilités : les énergies naturelles, d’autres moyens plus sûrs et plus efficaces... on doit se creuser la tête pour combler les 30% de l’énergie nucléaire. Et à la fin, on a besoin d'une solution.

Combien d’inconvénients causés par le rejet de l’énergie nucléaire peut-on tolérer ? En tout cas, on ne doit pas être rêveur, on doit devenir réaliste.

Sources :
- Le journal de Tokyo 4 mai 2012
- Le journal de Tokyo 5 mai 2012
- Le journal de Asahi 5 mai 2012


Texte : Reiko - Photo : Centrale de TOMARI sur WikiCommons - Ah Bon ?! No6

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire