L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Tokyo, ville candidate



L'élection de la ville hôte des Jeux Olympiques d'été de 2020 aura lieu le 7 septembre 2013 à Buenos Aires. Avant cette élection, la commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a décidé le 23 mai 2012 de retenir comme villes candidates ces trois villes : Madrid, Istanbul et Tokyo. La ville de Tokyo pourra-t-elle accueillir les Jeux olympiques ?


Tokyo est fortement estimé au point de vue sécurité, logement et transports. D'un autre côté, en ce qui concerne l'énergie et le soutien local, cette métropole n'est pas très appréciée. L'arrêt des centrales nucléaires entraîne la crainte d'une insuffisance d'électricité. Cependant, selon la ville de Tokyo, la dépense d'électricité n'augmentera que de 0,1% lors des Jeux olympiques, et il n'y aura donc aucun souci à cet égard. Alors, le problème, c'est le taux de soutien. D'après l'enquête menée par le CIO, le taux de soutien est de 47% à Tokyo, tandis qu'il est de 87% à Istanbul, et de 75% à Madrid.

Les Japonais et le sport

Est-ce que les Japonais ne s'intéressent pas au sport ? La réponse est non. Voyons les recherches faites par Asahi holdings en mai 2012. 78% des Japonais aiment regarder des sportifs, soit sur place, soit devant les écrans. En outre, 87% des Japonais attendent avec plaisir les Jeux olympiques qui se dérouleront en 2012 à Londres. Alors, pour quelle raison le taux de soutien n'est pas assez haut ?

Les opposants

Ceux qui ne souhaitent pas accueillir les Jeux Olympiques à Tokyo disent qu'ils ne comprennent pas pourquoi Tokyo doit être la ville hôte. D'abord, Tokyo est déjà bien connu dans le monde. Ainsi, il n'est pas nécessaire de répandre son nom pour le tourisme. De plus, comme l'infrastructure y est bien établie, on n'a plus besoin de construire de nouveaux établissements. Enfin et surtout, une forte somme d'impôts est dépensée pour avoir les Jeux Olympiques. Par exemple, la ville de Tokyo a payé 15 milliards de yens pour favoriser sa candidature lorsqu'elle était ville candidate des Jeux Olympiques de 2016. Les opposants prétendent qu'il faut utiliser les impôts pour la reconstruction du Tohoku et la prévention des sinistres, plutôt que pour les Jeux Olympiques.


Effets économiques

S'il est certain qu'il vaut mieux utiliser les impôts pour restaurer le Tohoku et prévenir de futurs désastres, il n'en reste pas moins vrai que les Jeux Olympiques sont lucratifs quand ils sont bien organisés, comme montrent les cas de ceux à Los Angeles et à Atlanta. Il est possible que la restauration du Tohoku s'accélère. Toutefois, le comité olympique japonais ne donne pas d'explications claires sur les effets économiques.

Comité olympique japonais

Selon le comité olympique japonais, les Jeux Olympiques à Tokyo donneront de la vigueur aux Japonais, ce qui sera efficace pour rétablir le Tohoku. Cette argument ambigu n'arrive pas à persuader la plupart du peuple. Il faut montrer plus concrètement quelle valeur les Jeux Olympiques à Tokyo auront pour le Japon afin d'obtenir le soutien local et national.

Sources :
- Nihon keizai shimbun du 25/05/2012
- Ehime Shimbun Online du 28/05/2012
- Asahi Group holdings
- dailynews.yahoo.co.jp
- Wikipedia


Texte : Miki - Photos : DR - Site officiel

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire