L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Nationalité des athlètes aux JO



Avant le coup d’envoi des Jeux Olympiques à Londres, les athlètes essayant d'y participer par le changement de nationalité attirent l’attention. La question est donc de savoir si on peut les admettre comme représentant d’un pays...

Puisque les jeux Olympiques sont des compétitions faites par des représentants de chaque pays, on comprend que chaque athlète ait besoin de la nationalité du pays qu’il va représenter. D’après des nouvelles récentes, un amuseur public japonais a changé de nationalité en novembre 2011 afin d’être sélectionné pour les jeux Olympiques comme marathonien cambodgien. Bien qu’il n’ait pas pu faire le chrono nécessaire à la participation lors de la compétition de sélection de mars dernier, il s'attendait à être sélectionné parce qu’il y a la règle de sélection suivante : « S’il n’y a personne dans un pays qui soit arrivé au record standard des Jeux Olympiques, la participation d’un seul athlète est reconnu. » Pourtant, en apprenant de telles nouvelles, on se demande comment un athlète né à l’étranger peut être qualifié comme représentant d’un pays. Vérifions donc d’abord quelles sont les conditions de participation appliquées pour les athlètes ayant changé de nationalité.


Qualification pour participer aux Jeux Olympiques

Selon les nouvelles règles appliquées à partir de cette année par l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (l’AIFA), les athlètes ne sont pas autorisés à participer aux compétitions internationales pendant un an après l'acquisition de la nouvelle nationalité. Cependant, s’ils habitent continuellement depuis plus d’un an dans le pays ou si l’AIFA reconnait leur participation comme cas exceptionnel, ils sont exemptés de l'application de cette règle.

En plus, les athlètes qui ont déjà représenté un autre pays ne peuvent pas en principe participer aux compétitions internationales pendant trois ans après l’acquisition de la nouvelle nationalité. Cependant, s’il y a un consentement des deux pays concernés, la durée peut être réduite à un an. D'ailleurs, la participation de tels athlètes doit être examinée aussi par le Comité International Olympique(CIO). Ainsi, on remarque que ces règles sont pleines d’exceptions et sont donc ambiguës. Quant au marathonien « cambodgien » mentionné ci-dessus, l’AIFA a jugé qu’il ne remplissait pas les conditions nécessaires à la participation.


Raisons du changement de nationalité

Quelles raisons obligent donc des athlètes à changer de nationalité pour participer aux Jeux Olympiques ? Vérifions maintenant ce point en donnant quelques exemples. Premièrement, on peut mentionner le cas où le pays natal d’un athlète n’est pas autorisé à y participer. Tel est le cas par exemple d’une athlète sud-africaine des courses de fond, Zola Budd, qui a participé aux jeux Olympiques à Los Angeles en 1984 sous les couleurs du Royaume-Uni. Son pays, l’Afrique du Sud, était boycotté à cette époque-là à cause de la politique de l’apartheid.

Deuxièmement, il y a le cas où on vise à y participer comme membre d'une équipe. L'exemple le plus marquant nous est fourni par une joueuse de football issue du Canada, Sydney Leroux, ayant une mère canadienne et un père américain. Elle a pris la citoyenneté américaine pour faire partie de l’équipe nationale américaine de football et elle est attendue de jouer à Londres.

En outre, on doit aussi citer le cas où des pays arabes comme le Bahreïn ou le Qatar acquièrent des athlètes de pays africains, en visant à remporter des médailles en échange d’une somme considérable.


Opinions sur le changement de nationalité

Nous allons voir à présent les opinions publiques dans la société anglaise sur le changement de nationalité des athlètes car les jeux Olympiques en 2012 auront lieu à Londres, l’Angleterre étant un pays qui permet d’avoir la multi-nationalité et sous les couleurs duquel plusieurs athlètes nés à l’étranger prévoient de participer.

Il est dit qu’il y a un débat passionné au sujet d’ « Anglais improvisés ». En fait, il semblerait que le public n’est pas nécessairement favorable à admettre que des athlètes nés à l'étranger représentent leur pays. Le cas d’une athlète de haies, Tiffany Porter, en témoigne. Elle est née aux Etats-Unis et a la double nationalité américano-britannique de par sa mère anglaise. D’après les nouvelles, quand elle a été choisie comme capitaine de l’équipe d’athlétisme, elle a fait l’objet d’accusations et les masse-médias l'ont appelée « Plastic Britz » (une fausse Anglaise). On dit qu'un journaliste lui a méchamment demandé à la conférence de presse si elle pouvait chanter la « God Save the Queen » (l’hymne national anglais).

On reproche également souvent aux sélectionneurs d'avoir sélectionné des athlètes ayant changé de nationalité. Le cas par exemple d’une athlète de triple saut, Yamilé Aldama, née à Cuba, a particulièrement été mis en question, car elle a concouru sous les couleurs du Soudan jusqu’en 2010 et a acquis la nationalité anglaise la même année de par son mari anglais.

Après tout, il est probable que le peuple a un doute sur la légitimité de vouloir plus de médailles avec l’aide d'athlètes nés à l’étranger. Cependant, il y a aussi une opinion contraire comme celle d'une athlète anglaise, Paula Radcliffe, qui a prévu de participer aux Jeux d'Olympiques à Londres comme marathonienne. Elle croit que tous les athlètes qualifiés pour les Jeux Olympiques méritent d’être soutenus, même s’ils sont nés à l’étranger, parce qu'ils éprouvent de la sympathie pour la Grande-Bretagne.


Remarque du CIO

La participation de Yamilé Aldama aux Jeux Olympiques à Londres a été reconnu par le Comité International Olympique (CIO) le13 mars 2012. Cependant, selon le président du CIO, Jaques Rogge, le CIO n’est pas favorable au changement de nationalité des athlètes, même s’il comprend les circonstances personnelles de chaque athlète et qu'il ne peut pas les arrêter tant que cela est légitime. Le CIO craint que l’augmentation d'athlètes ayant changé de nationalité puisse entamer l'esprit originel des Jeux Olympiques qui sont des compétitions faites par les représentants de chaque pays. Il affirme ainsi qu’il est nécessaire de contrôler attentivement cette tendance actuelle.


(Sources)
Msm Sankei -15. 03.2012
Msm Sankei -25. 04.2012
SANKEI EXPRESS-04.05.2012
SANKEI EXPRESS-09.05.2012
BBC Sports-14.03.2012
BBC Sports-05.04.2012


Texte : Nora Chraline - Photos : DR - Site officiel - Ah Bon ?! No6

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire