L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

A la recherche d'un petit automne japonais



Cette histoire est racontée par deux auteurs différents.

Dans un jour de novembre, je suis allé voir les feuilles d’automne à Mikuni-san avec une amie. Cette montagne est située un peu loin de Takao-san qui est célèbre pour ses trois étoiles au Michelin Vert. Nous sommes partis de la gare de Fujino sur les lignes JR. On peut y être en seulement 30 minutes depuis Tokyo, mais il y a beaucoup de forêts autour. Plusieurs artistes y ont donc emménagé ces derniers temps.




Après une averse de week-end, c’est un grand soleil qui est de retour. Un super beau temps nous attend pour partir sous le ciel bleu admirer le spectacle caractéristique de l’automne. J’ai enfin débuté ce jour-là dans la montagne en tant que « Yama-girl : fille de montagne », comme on l’entend très souvent ces derniers temps.





Nous avons marché dans des forêts tranquilles et apprécié les feuilles d’automne. Les feuilles d’érable ont changé en rouge, les hêtres et les chênes ont changé en jaune. Brusquement, j’ai trouvé une grande feuille morte qui s’appelle Hou-no-ki, une sorte de magnolia sauvage. J’ai fait un masque et ai montré à mon amie comment je jouais souvent quand j’étais enfant.





Mon guide est un spécialiste de la montagne. Il s’y connaît trop bien. « Tiens, c’est un hêtre. » « Regarde, ce cerisier d’hiver est en fleur ! » « Tu as de la chance, je n’avais jamais vu une gentiane aussi belle que celle-là ! ». Il étale ses vastes et profondes connaissances sur arbres, oiseaux, fleurs, tout ce qui concerne les montagnes. Chapeau !




J’ai peint une aquarelle de la montagne.



On a vu le Mont Fuji couvert de neige. Au retour, on a rencontré un monsieur qui cultivait des champs de thé et de yuzu (citron japonais). Il nous en a donné quelques-uns. Alors, quand je suis rentré chez moi, j’ai cuisiné ce yuzu et j’ai fait des « spaghettis à la yuzunaise ». Ça avait une bonne odeur de la montagne et c’était vraiment un très bon souvenir.







La montée assez dure mérite une récompense. Le panorama depuis le sommet de la montagne est magnifique. Cependant j’ai été plus surprise par le talent de mon guide : il sait même dessiner !






En randonnée, il faut tout chronométrer, paraît-il. Tout en me prêtant la plus grande attention, mon guide prévoit la durée qu’il faut pour arriver à la prochaine étape et il me prévient également de l’heure à laquelle on sera descendu.






Il m’a dit qu’il fallait parfois venir me vider l'esprit dans la nature afin de mieux reprendre la vie quotidienne. En effet, malgré la fatigue, je me suis sentie le cœur et le corps légers. Ce fut une agréable journée.










Texte et photos : Mont Rouge et K. T. - Ah Bon ?! No5

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire