L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Fin de l’absence de gouvernement en Belgique


Elio675

Le nouveau gouvernement de coalition, composé de 6 partis, est parvenu à entrer en fonction le 6 décembre en Belgique environs 540 jours après les élections législatives de juin 2010. Le chef du parti socialiste en Wallonie, Elio di Rupo, a été nommé au poste de Premier ministre.


Les négociations parmi les partis pour former le gouvernement n’ont pas facilement progressé, tout d’abord, à cause du désaccord sur le sujet de langue entre la Wallonie et la Flandre. L’opposition concernant la langue officielle entre les francophones de la Wallonie au Sud et les néerlandophones de la Flandre au Nord empêche aussi d’arriver à l’accord sur les sujets politiques depuis longtemps. Les néerlandophones représentent maintenant à peu près 60% de la population belge et ils dominent l‘économie, de sorte qu’ils ne sont pas contents que le français soit parlé par la majorité dans la région officiellement bilingue de la capitale, Bruxelles.

La pression du marché

Le désaccord parmi les partis sur le sujet du budget 2012 et celui des réformes institutionnelles a en plus retardé le lancement du gouvernement. Cependant, quand l’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé la note belge à cause de la longue absence du gouvernement, les taux d’emprunt ont monté en fléche. Menacé par cette pression du marché, ils n'ont pas tardé à trouver un accord sur les points en débat et le gouvernement de coalition est aussitôt entré en fonction sans la participation des vainqueurs des élections, les Flamands.


Texte : Junko - Photo : Elio Di Rupo sur WikiCommons

Source : SANKEI EXPRESS 07.12.2011

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire