L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Bienvenue à Kyoto



Si vous voulez visiter Kyoto, je vous conseille d'y venir au printemps, au temps des cerisiers en fleurs. Ou bien en automne, quand il fait frais et ensoleillé, vous pourrez admirer le rouge des feuilles.


Comme vous le savez, cette ville est située dans une cuvette. Entourée de montagnes, il fait chaud et humide en été et il vaudrait mieux rester à la maison. En hiver, le paysage sous la neige est magnifique, mais il fait trop froid pour faire du tourisme. Je dois avouer que chaque saison a son charme.

À mes yeux, le meilleur spectacle serait la floraison des cerisiers pleureurs au jardin de Heian-Jingu. Sous les arbres, on se croirait être au paradis. Junichiro Tanizaki : ce nom vous dit quelque chose ? C'est un grand écrivain, admirateur du patrimoine culturel de l'ancienne capitale. Chaque printemps, il visite soit Heian-Jingu, soit Ninnaji et d'autres, pour admirer les cerisiers en fleurs. Si seulement vous aviez le temps de lire son roman intitulé « Quatre sœurs » traduit en français !

« Une fois à Nara, voir les statues bouddhiques ! Une fois à Kyoto, voir les jardins ! » Cela veut dire que, à Kyoto, depuis je ne sais combien de temps, il y a pas mal de paysagistes renommés.

Miyako Odori, une danse de Kyoto, a lieu au début du printemps. C'est ravissant de voir une douzaine d'apprenties Geishas bien habillées danser gracieusement sur la scène. Ce spectacle attire bien des touristes, bien entendu y compris des occidentaux.


Afin de faire un tour en ville, avec un guide à la main, il vous faudra utiliser un autocar avec interprète, un taxi ou faire une randonnée pédestre. Le mieux serait de chercher un petit taxi conduit par un chauffeur qui connaît bien des détours pour éviter les embouteillages des quartiers. Par bonheur, un des ces chauffeurs m'a montré, en ville, dans un quartier résidentiel à côté d'une maison à la mode de Kyoto, un grand cerisier pleureur en fleurs. Les deux se mariaient très bien.

Kyoto, siège du palais impérial pendant plus de mille ans, s'enracine dans une longue histoire. Pour cette raison, il y a tant de sites historiques à visiter qu'on a l'embarras du choix. Quand même, j'ose vous énumérer les temples célèbres : le Pavillon d'Or (Kinkaku-ji), le Pavillon d'argent (Ginkaku-ji), le Ryoan-ji, le Kiyomizu-dera, le Nishi-Hongan-ji, etc.

Après la restauration de Meiji, Kyoto a vu passer Bin Ueda, poète et traducteur des poèmes de Frédéric Mistral, de Charles Baudelaire ou encore de Paul Verlaine, mais aussi le premier lauréat du Prix Nobel de physique qui s'appelle Hideki Yukawa, grand amateur de musique classique japonaise. N'oubliez pas la présence de grands peintres historiques : Sodatsu Takaraya, Korin Ogata, Jakuchu Ito, Seiho Takeuchi, etc.

Les habitants sont assez conservateurs, mais ils ne dénigrent pas la modernité. Constructeurs d'un aqueduc, ce sont également eux qui ont commencé à construire le premier tramway en ville. Pour la fabrication du tissu, ils ont importé quelques métiers à tisser « Jaquard ».

Dans cette ville, on trouve des hôtels de style occidental de toutes catégories. Mais si vous voulez profiter de la vie japonaise, je vous recommande une auberge aux environs de Kyoto, dont une grande partie est en voie d'urbanisation, mais, rassurez-vous... on peut y trouver la nature !


Texte : Sumio Muraoka - Photos : FLQ - Ah Bon ?! No5

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire