L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Kasa-Jizô



Il était une fois un vieil homme et sa femme. Ils habitaient dans un village. Le vieil homme faisait des des chapeaux de paille et les vendait ; et sa femme faisait la lessive, cuisinait et cousait pour son mari. Ils travaillaient beaucoup du matin au soir. Pourtant, ils étaient très pauvres. Mais il ne se plaignaient pas et s'entendaient bien.


Le dernier jour de l'année, ils n'avaient pas encore assez d'argent pour faire la veillée du Nouvel An. Le vieil homme dit à sa femme : « Ma femme, j'ai fait cinq chapeaux de paille. Dès maintenant, je vais aller les vendre en ville. » « Ah, c'est une bonne idée ! Nous pourrons gagner de l'argent pour le Nouvel An ! Je vais chauffer la pièce avec la cheminée et t'attendre. »

Le vieil homme alla en ville avec ses cinq chapeaux de paille, mais ils ne se vendirent pas. De plus, il commença à neiger. Il décida de rentrer chez lui avant qu'il fasse nuit. Sur le chemin du retour, il passa devant une forêt. Là, il y avait six petites statues bouddhiques en pierre. Le vieil homme dit : « Ils ont l'air d'avoir très froid. Bon, je leur donne mes chapeaux de paille. » Mais il n'avait que cinq chapeaux : « Ah, il manque un chapeau ! Mais pas de problème, je vous donne mon chapeau ! » Le vieil homme enleva son chapeau et en coiffa la sixième statue.




Il arriva chez lui et dit à sa femme : « Mes chapeaux de paille ne se sont pas bien vendus. Sa femme dit en souriant : « Pas de problème. Tu es bien rentré, c'est le plus important pour moi. Mais qu'est-ce qui s'est passé ? Tu ne portes pas ton chapeau de paille, et il n'y a pas les cinq chapeaux non plus. Où sont les chapeaux de paille ? » « Je les ai donnés aux petites statues bouddhiques au bord du chemin. » « Ah, tu as bien fait. Heureusement, il reste encore un peu de riz. On peut le manger. »

Le lendemain matin, ils se levèrent de bonne heure car des chants se faisaient entendre. « Où est le vieil homme qui nous a donné des chapeaux de paille ? Où est le vieil homme qui est très gentil ? » C'était les petites statues bouddhiques ! Ils marchaient et cherchaient sa maison en chantant. Le vieil homme dit : « Moi, ici ! C'est moi. » Une des petites statues bouddhiques en pierre dit : « Merci de nous avoir donné des chapeaux en paille ! Voilà, ce sont des cadeaux du Nouvel An pour vous ! » Il y avait beaucoup d'aliments, de vêtements et de l'argent qu'ils avaient apportés pour le couple âgé. Depuis ce jour, le vieil homme et sa femme ne connurent plus jamais la misère et ils vécurent heureux très longtemps.


Texte : Fumiko - Photo : inconnu - Ah Bon ?! No4

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire