L'Institut Français du Japon - Yokohama présente « Ah bon ?! », le mag FLE du Japon.

Vive le petit Nicolas !


Saviez-vous que le petit Nicolas était né en 1959, il y a plus de cinquante ans ? Il est très populaire chez les Japonais qui apprennent le français, soit débutants, soit avancés. Son histoire ayant été mise à l’écran, je suis allée le voir au cinéma de l’Ebisu Garden. La salle était pleine.

Ce film consiste en deux plans : l’un insiste sur une suite d'événements provoqués par le petit Nicolas et ses camarades ; l’autre sur les relations entre son père et sa mère. Ce que les enfants pensent est toujours hors de la compréhension des adultes et ils agissent très sérieusement selon leurs idées burlesques qu’ils ne pensent pas, bien sûr, stupides. Les projets dans lesquels son père, très ambitieux, et sa mère s’engagent finissent toujours par échouer.

Je n’ai pas pu me retenir de rire du début jusqu’à la fin. Un homme d’une soixante d’années, assis derrière moi, a ri très fort aux scènes du petit Nicolas et de son père. J’ai alors pensé qu’il faisait le lien avec sa propre expérience. Mon professeur de français, qui est français, a aussi éclaté de rire d’un air content à chaque fois que je lui ai raconté les diverses histoires de ce film. Les Japonais comme les Français ont la nostalgie de leur enfance. Ça, c’est bien. La pensée enfantine est parfois inimaginable, mais parfois raisonnable. Je me souviens d’une réaction de ma fille qui avait quatre ans. Je lui ai servi du thé. J’ai trouvé un petit brin de thé flottant verticalement dans la tasse. Je lui ai dit cela et expliqué que c’était un signe de bonheur. Alors, elle a brusquement commencé à le boire petit à petit et a tout bu. Je n’ai pas pu comprendre sa réaction à ce moment-là. Vous comprenez, vous ?


Texte par Naoko Moritoki
Paru dans Ah Bon ?! - No1

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire